3) Les Freins « Pourquoi ce serait à moi de faire un effort ? » Et pourquoi pas? Pourquoi ne pas vous offrir l’opportunité de faire quelque chose qui vous ferait du bien? Vous pouvez faire le choix d’attendre que votre proche fasse un pas vers vous…  Mais pourquoi votre bien-être dépendrait uniquement de ses actions  ? Vous êtes certainement le ou la mieux placé(e) pour savoir ce qui est bon pour vous. Ce qui empêche de faire le premier pas : L’impression qu'on ne va pas vous écouter ou vous comprendre. Pour répondre à cet apriori, je vous poserai une simple question :                                                                 Quel risque prenez-vous en vous exprimant? La peur d'« embêter » votre proche ou de lui créer du souci. Sachez qu'il se fera moins de soucis s’il sait vraiment ce que vous ressentez  (il se fera aussi moins de noeuds à la tête). Bien souvent l’entourage ne sait pas comment vous aider. Je vous assure que des membres de votre famille (conjoint, enfant, fratrie…) se sentent impuissants et on envie de vous soutenir. Ils sont peut-être maladroits dans leur parole ou leur geste, mais sachez que beaucoup de personnes autour de vous souhaitent vous apporter leur soutien. En leur disant précisément ce dont vous avez besoin, vous pouvez les aider à vous aider. De cette manière, vous leur laissez une place dans votre vie et vous leur donner un rôle à jouer face à la maladie.