• fort face maladie

Pourquoi dire que tout va bien quand ça ne va pas ?

Est-ce qu’il vous est déjà arrivé de répondre « oui, oui, ça va » alors que ça n’allait pas? Dans cette vidéo vous saurez pourquoi on se sent parfois obligé de porter un masque et « faire bonne figure ». Vous découvrirez aussi quels sont les bénéfices à faire tomber ce masque.

Cliquez sur l’image ci-dessous pour voir la vidéo:


fort face cancer

N’hésitez pas à me faire des retours en commentaire 🙂

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

10 Comments

  1. gitanna68 11 juillet 2017 at 17:57 - Reply

    Lorsque on me le demande, ça depends qui pose la question. Si c’est est la caissiere du super , je reponds oui, ça va. Je ne veux pas lui raconter ma vie, mais elle voit bien que ça ne va pas.
    Si c,est quelqu’un de la famille ou amies intimes, la le masque tombe et je peux me confier en toute securite.

    En fait, dans une telle situation je joue la comédie ou je dis là verite selon la situation et selon la personne qui me demande comment ça va.

    J,estime avoir droit à ma vie personnelle et n,entre pas dedans n,importe qui.

    • La Psy Qui Parle 12 juillet 2017 at 18:59 - Reply

      Merci Gitanna pour ces précisions, en effet cela dépend aussi du contexte et de la personne que l’on a en face de nous.

  2. Soula Catherine 11 juillet 2017 at 18:18 - Reply

    Pour ma part, je dis toujours que ça va, même si ce n est pas le cas. Une façon que l on me laisse tranquille…

    • La Psy Qui Parle 12 juillet 2017 at 19:15 - Reply

      Parfois on n’a pas forcément envie de parler, et pourtant en s’exprimant on découvre aussi que les proches peuvent manifester des gestes très positifs 🙂

  3. Marie 11 juillet 2017 at 19:55 - Reply

    Bonjour, C’est tellement plus facile de ne rien dire que de devoir s’expliquer puisque cela conduit toujours à la questions…mais qu’est ce qui ne va pas ?… Alors pour éviter de devoir s’expliquer le silence est plus facile…

    • La Psy Qui Parle 12 juillet 2017 at 18:59 - Reply

      Bonjour Marie, et merci votre message. C’est vrai qu’on aurait aussi le droit de dire « aujourd’hui ça ne va pas, mais je n’ai pas envie d’en parler ».

  4. Anne-marie 11 juillet 2017 at 20:07 - Reply

    Oui tout à fait d’accord avec votre analyse. Une amie m’a dit un jour : »ce qui est bien avec toi c’ est qu il est facile de te parler de ton cancer et de ton « bien-être ou mal-être » sans que nous soyons génés  »
    Effectivement je pense qu’il m’était impossible de faire semblant auprès des miens et de mes amis.
    Et je reçois juste ce qu’il faut en empathie . Si toutefois je me sens trop protégée je sais aussi dire « stop »!…Cette situation de clarté me permet d’etre sereine …d’avancer.

    • La Psy Qui Parle 12 juillet 2017 at 19:00 - Reply

      Merci Beaucoup Anne-Marie pour vos retours, on dirait que vous avez créé une relation de confiance et une communication avec vos proches qui semble convenir à tous et où chacun s’y retrouve.

  5. Anne 12 juillet 2017 at 17:32 - Reply

    Bonjour Audrey,

    Ce que vous dites une fois de plus est tout à fait vrai !
    J’ai eu l’avantage d’être malade seule, avec la famille à distance, j’ai pu ainsi gérer mes communications téléphoniques, sans faux semblants mais en étant toujours très positive, ce qui, en soit, m’a été d’une aide psychologique très importante.
    Je n’ai pas eu à faire « bonne figure »devant qui que ce soit, j’ai pu garder toute mon énergie pour moi. Le revers, comme vous le dites, c’est pour maintenant, personne ne m’a vue en chimio, ni pour le reste opérations, radiothérapie, je suis revenue comme neuve et malgré ma maladie chronique,(j’ai toujours mes perfusions toutes le 3 semaines), personne n’a le moindre égard pour moi, je ne peux pas parler de cette maladie, ni de mes difficultés sans être agressée.
    Maintenant au bout de 4 ans de traitement, je me sens très seule et en total décalage, mais je ne regrette rien de mon attitude parce que l’essentiel était de bien vivre mon parcours de soins sans avoir à gérer un entourage probablement toxique

    • La Psy Qui Parle 12 juillet 2017 at 19:02 - Reply

      Bonjour Anne, c’est toujours délicat quand les proches vivent loin de vous, notamment pour savoir ce que vous pouvez exprimer. Quand la famille vous voit uniquement à la fin des traitements c’est un peu comme si elle avait loupé des épisodes et ce n’est pas évident pour elle de se rendre compte de ce que vous avez vécu (ou de ce que vous vivez).

Leave A Comment